Métier

Un doc dans l’agro, le technicien de maintenance industrielle


18 septembre 2019

Le coup de la panne ? Pas son genre, le technicien de maintenance industrielle fait tout pour l’éviter. Il soigne ses machines, bichonne ses lignes de production agroalimentaire. Des bijoux de technologie capables de découper, de laver, de cuire, de déplacer, d’emballer...Il les connaît par cœur.

Les activités du Technicien de maintenance industrielle

Quand on parle de technicien de maintenance dans l’alimentaire, il est question d’un pro indispensable. Sans lui, fabriquer des produits serait plus compliqué. Sortir des recettes dans de bonnes conditions serait « chaud ». Son principal crédo, faire en sorte que les outils de production soient toujours en forme et tournent rond.
Et clairement, il n’attend pas les coups de mou des machines pour relever ses manches. Son quotidien, il le passe à entretenir son parc. Il l’inspecte régulièrement. Méticuleusement, il cherche les moindres failles. Il contrôle l’usure des pièces, les grosses comme les petites. Au premier signe de fatigue, il remplace.

En cas de panne ?

Si malgré tout son travail d’anticipation, une panne ou une casse survient, le technicien de maintenance sort alors sa caisse à outils et fonce dépanner. Il met en place un plan d’action. Il teste. Il observe. Il diagnostique. Il mène les opérations : réglages, réparations... bref, il fait tout ce qui faut pour remettre en état de marche.

Tourné vers l’innovation

Son rôle va plus loin. C’est par lui que passe l’évolution des installations. Il consacre une partie de son temps à les moderniser. En la matière, il sélectionne des solutions qui vont permettre de gagner du temps, réaliser les économies ou encore répondre aux normes.

Les compétences du technicien de maintenance industrielle

Primo, avoir un esprit d’équipe est très utile dans ce métier. Un technicien de maintenance travaille rarement seul. Il est en permanence au contact de tout un tas d’autres pro, à commencer par le responsable de production ou le responsable de site. Les échanges avec eux sont quasi-quotidiens. Dans un sens, il prend connaissance de ce qu’il a à faire, les consignes. En retour, il remonte les informations sur l’état des machines. S’il y a des remplacements à prévoir ou des pièces à commander, il le fait savoir.
Les autres cartes à avoir en main sont celles de l’organisation et de la rigueur. Ça coule un peu sous le sens mais plus les plannings sont respectés, mieux les machines sont entretenues.
Deuxio, être curieux, ouvert sur son environnement professionnel – notamment sur les innovations et leurs pratiques – est aussi un gros plus. D’autant qu’aujourd’hui les nouvelles technologies prennent une place importante dans les activités du technicien de maintenance. De plus en plus de tâches sont réalisées à distance. Pour certaines réparations, un ordinateur ou une tablette suffisent.

C’est quoi l’avenir de la maintenance ?

Pas besoin de sortir de boule de cristal. L’avenir du métier est lié à celui du secteur de l’agroalimentaire. Tant qu’il y aura des aliments à fabriquer, il y aura des femmes et des hommes pour entretenir les machines. À l’heure actuelle, c’est un métier en tension, des postes sont proposés partout en France. Et en s’investissant, les perspectives d’évolution sont très prometteuses. En quelques années, de technicien de maintenance, on peut passer chef d’équipe et pourquoi pas, par la suite, responsable de production.

Formations
Avant ça, apprentissage ! C’est un mode de formation adapté à ce métier. On peut faire ses premiers avec un bac Pro (Maintenance des équipements industriels ou Métiers de l’électricité et de ses environnements connectés).
Il est envisageable de poursuivre avec une Mention Complémentaire (Maintenance des installations oléohydrauliques et pneumatiques).
Autres bons chemins possibles, ceux d’un BTS ou d’un DUT (Conception et réalisation de système automatiques, Contrôle industriel et régulation automatique, Électrotechnique).

Des conseils, des infos, des bons plans sur les formations et les métiers de l’alimentaire ? Une adresse : www.alimetiers.com