Partage d'expérience

Qui est AgriSkippy, l’agriculteur influenceur ?


27 novembre 2019

Vous le suivez ? Sur YouTube et Twitter, Antoine Thibault (aka @AgriSkippy) partage son quotidien d’agriculteur. Éleveur producteur laitier, il prend la parole depuis maintenant plus de 2 ans sur son métier. Authentique. Il montre ce qui se passe à l’intérieur de son exploitation, dans ses prairies et ses champs. Il parle de ses vaches et notamment comment se pratique le bien-être animal. Franc et direct, chaque vidéo se boit comme du petit lait.

 

Qui est AgriSkippy ?

Présentation. Antoine Thibault se lance dans l’agriculture à l’aube des années 2000. À l’époque, il reprend l’exploitation familiale pilotée jusqu’alors par son père, installée en Normandie. A ses débuts, il conduit une trentaine de vaches laitières. Quelques temps plus tard, à la suite de travaux de mise aux normes, il pousse davantage les murs de sa ferme. Aujourd’hui, son troupeau se compose de 60 têtes. Ses activités, il les mène avec une salariée qui lui prête main forte. Il nous en dit plus.

Quel regard portez-vous sur votre métier d’éleveur ?
C’est un métier intellectuellement valorisant. Avant de l’exercer, il a fallu que je creuse un tas de sujets. Aujourd’hui, un éleveur doit disposer d’une grande diversité de connaissances. Il est notamment important qu’il maîtrise aussi bien les notions d’agronomie, de zootechnie. Il faut être impeccable en gestion, car les exploitations sont des entreprises, elles représentent des investissements. Il faut être ultra-technique, on a de moins en moins le droit à l’erreur. Et puis, c’est un métier passionnant. On bosse au contact de la nature.

Quel est le rythme dans votre ferme ?
La production laitière est une activité qui prend du temps. Pour les soins des animaux, je passe trois heures le matin et deux heures le soir, tous les jours. Le reste du temps est consacré aux travaux dans les champs, à l’entretien de l’exploitation et puis à la vie de famille bien sûr.

Des conseils, pour ceux qui voudraient suivre vos pas ?
J’en ai plusieurs. Le premier, aujourd’hui, il faut aller le plus loin possible dans les études. Dans les exploitations, on attend des salariés qu’ils soient de plus en plus qualifiés.
En ce qui me concerne, je me forme toujours en permanence en lisant la presse professionnelle et des revues spécialisées.
Autre conseil, il faut voir du pays, aller découvrir d’autres techniques. Aujourd’hui des BTS prévoient des séjours à l’étranger, c’est une bonne chose. Enfin, c’est aussi important aussi de faire d’autres métiers avant de s’installer. Ça évite de trop se cloisonner et permet d’être capable de savoir faire d’autres choses.

Comme partager son expérience sur les réseaux sociaux ?
Ça m’amène beaucoup de retours positifs. Ceci étant, je le fais parce qu’il y’a une réelle déconnexion entre les agriculteurs et les consommateurs. Avant, dans chaque famille il y avait un tonton, un grand-père agriculteur. Il est important d’expliquer notre métier aux gens, de répondre à leur curiosité, parfois à certaines craintes.

Comment voyez-vous l’avenir de votre métier ?
Plusieurs tendances se dessinent. Il va y avoir, d’une part, de plus en plus de productions laitières spécialisées de grande envergure, avec de grands projets. Et d’autre part, il va y avoir une multiplication d’exploitations de taille plus modeste qui vont se développer avec des systèmes types circuits courts, où les produits sont transformés sur-place et vendus en direct.

Les activités de la production laitière vous intéressent, abonnez-vous la chaîne YouTube d’Agriskippy ou suivez-le sur Twitter.

Des conseils, des info, des bons plans sur les formations et les métiers de l’alimentaire ? Une adresse : www.alimetiers.com