Métier

Qu’est-ce c’est, l’agro-écologie ?


8 mai 2019

Un peu de cultures ! Direction la campagne où l’on creuse le monde agricole, l’agro-écologie plus précisément. Ce sont des méthodes pour produire tout en prenant soin de la biodiversité et de l’environnement. On voit comment !

Plus durable l’agriculture

Pour bien saisir ce qu’est l’agro-écologie, imaginez une boîte à outils. Quand vous réalisez des aménagements, vous sortez un marteau, un tournevis, une clé à molette… selon les travaux.
Là, un agriculteur, en fonction de ses activités – qu’il soit cultivateur, éleveur, horticulteur, vigneron – l’endroit où il est implanté, peut piocher des pratiques d’agro-écologie et les appliquer. Parmi celles-ci, on peut citer les plus connues, à savoir l’agroforestrie (voir ci-dessous), la méthanisation ou encore l’allongement des rotations.

L’agro-écologie, pourquoi faire ?

A l’heure actuelle, un bon nombre d’agriculteurs doivent faire face à des obstacles de plus en plus importants. La qualité de leur sol se dégrade. Ils sont aux premières lignes des changements climatiques. Insectes et rongeurs viennent se régaler dans leurs champs et font des dégâts. Le prix des traitements augmente.
Par ailleurs, la société leur met aussi la pression. Ils sont attendus au tournant sur la sécurité alimentaire, la diminution des gaz à effet de serre, entre autres. Ce qui les amène à réfléchir et à mieux gérer les ressources, comme le carburant ou encore l’eau.

Concrètement !

Dans cette perspective, des modes pour faire pousser autrement fleurissent. Des exploitations céréalières se sont mises à réduire leur usage de pesticides et d’engrais. Comment ? Elles utilisent des outils numériques qui, dans un champ déterminent les zones et les doses de traitement nécessaires, quasiment à la goutte près.
Des élevages parviennent à réduire leur empreinte carbone, en produisant eux-mêmes l’alimentation de leur cheptel. La conséquence, ils réduisent les allers-retours des camions de livraison. Dans le même esprit, des professionnels envisagent de nouveaux débouchés pour leurs activités. Ils transforment leurs produits dans l’exploitation et vendent en direct ou en circuits-courts. Ce sont de premiers pas vers l’agro-écologie.

L’agro-écologie, qu’y a-t-il à y gagner ?

Les bénéfices sont multiples. D’un côté, les agriculteurs s’investissent dans une démarche durable, pour leur territoire, leurs animaux, l’alimentation. L’intérêt est général. De l’autre, ils peuvent réaliser des économies importantes, réduire leur dépense de produits. L’intérêt est cette fois-ci plus individuel.

Produire autrement, c’est possible ?

On l’a dit plus haut, il existe d’autres pratiques d’agro-écologie. Certaines conduisent à redéfinir ses méthodes de culture. C’est le cas d’agriculteurs qui font le choix de découper leurs immenses parcelles avec des haies. Plutôt que d’exploiter plusieurs dizaines d’hectares, de la même façon, ils se diversifient sur de plus petites portions situées les unes à côtés des autres. Résultats, ça leur permet de réduire les consommations de pesticide. Les petites bestioles se font désormais leur festin dans les haies.

Dans le même registre, l’agroforesterie. Le principe ? Organiser ses plantations ou son élevage au milieu d’arbres. Cette méthode existe depuis des lustres et reviens. L’avantage, les rendements augmentent. Pourquoi ? Grâce notamment aux racines qui puisent loin dans le sol de l’eau et des minéraux dont profite l’ensemble des cultures.

Intéressés ? Vous pouvez commencer par une première formation en apprentissage dans l’agriculture générale, puis vous spécialiser dans une l’agro-écologie en BTS ou en Licence.

Des conseils, des infos, des bons plans sur les formations et les métiers de l’alimentaire ? Une adresse : www.alimétiers.com