Métier

Métiers de la vigne et du vin, les orientations pour percer en apprentissage


4 décembre 2019

Le vin ? Un domaine de l’alimentaire auquel se former sans modération. Derrière cette tradition, il y a des centaines de métiers phares pour l’économie. Sa fabrication notamment nécessite le talent de vignerons, de chefs de culture, d’œnologues, de maîtres de chai, de chercheurs... Pour faire carrière, le mieux est de passer par l’apprentissage.

Le CAPA vigne et vin

Parmi toutes les formations qui existent, on se pose en premier sur le Certificat d’Aptitude Professionnelle Agricole, spécialisé dans les métiers de la vigne et du vin. Comme tous les CAP en apprentissage, il se prépare en 2 ans en CFA avec une alternance en entreprise. À quoi ça mène ? À acquérir des compétences solides en viticulture (culture du raisin, entretien des vignes) et en œnologie (connaissance du vin).

En cours, des matières générales – français, maths, communication, culture générale, entre autres – sont aussi au programme.

Une fois ce CAPA en poche, il est possible de se faire embaucher dans une exploitation en tant qu’employé de chai, caviste ou même conducteur de machines. L’autre option envisageable est de de compléter ses études avec un Bac Pro ou un BP.

Le Bac Pro Conduite et Gestion de l’Exploitation Agricole Option Vigne et Vin

Toujours au rayon apprentissage, ce Bac Pro se prépare après un CAPA (ou pas). Pourquoi cette voie ? Elle est top pour devenir responsable d’une exploitation viticole ou vinicole. Cette formation aborde aussi bien les techniques de production comme celles de la vinification. Sur le terrain et en cours, les étudiants se frottent à des sujets comme le climat, la qualité des sols, la croissance du raisin, l’entretien des vignes et des machines agricoles. Ils bossent aussi la communication et acquièrent des ficelles relationnelles. Des notions bien utiles pour parler au mieux de ses produits et négocier avec des clients.

À la fin du Bac Pro, la première option est d’intégrer une exploitation. L’autre est la poursuite des études avec pourquoi pas un BP, un Certificat de spécialisation ou encore un BTSA.

Le BP Vigne et Vin

Ce Brevet Professionnel est aussi du sérieux pour apprendre la gestion d’un domaine viticole. On le prépare, en général, dans la foulée d’un CAPA ou d’un Bac Pro pour monter davantage en compétences. Les études portent sur des thèmes pratiques, choisir ses pieds de vignes, gérer son équipe. Il est question de toutes les étapes d’élaboration, de stockage et de commercialisation du vin. A l’issue de la formation, l’idée est d’être un chef d’exploitation opérationnel.

Le BTSA viticulture œnologie

C’est une bonne carte à jouer pour travailler dans la filière vin. Le BTSA viticulture œnologie ouvre des portes de postes à responsabilités. Pendant sa préparation, en cours et en entreprise, les apprentis affinent des connaissances techniques et scientifiques. Ils sont sensibilisés à des enjeux tels que l’économie, l’environnement, la sécurité ou encore l’hygiène. A quelles orientations ce BTSA est-il adapté ? Il est idéal pour devenir technicien dans un vignoble ou une entreprise de produits œnologiques, travailler pour une fédération professionnelle, intégrer l’enseignement ou même installer son exploitation.

Le secteur de la vigne et du vin en chiffres.

500 000 personnes* animent la filière vitivinicole française. Leur travail génère 12,2 milliards d’€* de chiffre d’affaires. Lourd. Le pays est le premier pays exportateur de vin. Il pèse même 17% de la production mondiale*. #TchinTchin. Ces activités s’exercent partout en France, dans 66 départements.

 

Des conseils, des info, des bons plans sur les formations et les métiers de l’alimentaire ? Une adresse : www.alimetiers.com

 

*Source CNIV 2018 (Comité National des Interprofessions des Vins à appellation d’origine et à indication géographique.