Partage d'expérience

L’alternance comment ça se passe ? Nicolas et Baptiste en parlent


27 février 2019

Nicolas et Baptiste sont tous les deux étudiants en BTS. Ils suivent la même formation agricole à l’IREO de Lesneven. En alternance, ils nous expliquent comment leurs études se passent.

Comment avez-vous choisi le secteur de l’agriculture ?

Nicolas : En ce qui me concerne, ça a été naturel. Je suis dans le secteur depuis tout petit. Mes parents sont agriculteurs, ils dirigent une exploitation. Avant le BTS, j’ai fait un Bac Pro élevage dans ce même établissement et également en alternance.

Baptiste : Je n’ai pas passé un Bac agricole, mais un Bac STI 2D. J’avais envie d’un truc qui bouge, où je n’allais pas rester assis sur une chaise toute la journée. Mon père était légumier, ce milieu m’a toujours attiré. J’avais envie d’en savoir plus sur ce métier. Après en BTS, on voit d’autres domaines que l’horticulture. On aborde aussi bien l’élevage et les cultures.

Détaillez-nous comment ça se passe ?

Nicolas : Les cours ont commencé en septembre, ils vont durer jusqu’en mai. Ensuite, on doit tous partir à l’étranger faire un stage d’un mois minimum. Je suis en train de m’organiser pour aller en Nouvelle-Zélande.
En cours, on voit tous ce qui permet de gérer une exploitation agricole de A à Z. Puis, on applique en stage.

Baptiste : En ce qui me concerne, ça correspond à mes attentes. On a eu, par exemple, des cours de zootechnie (ndlr : étude scientifique de l’élevage). On a vu les activités du lait, celles autour des chevaux et des porcs aussi.
Il y a beaucoup de gestion, d’agronomie, d’agro-système, l’étude du sol, ou même du sport.

C’est comment l’alternance ?

Nicolas : J’aime beaucoup. Ça donne envie de bien faire. On apprend beaucoup comme ça. Tout est très lié entre les notions qu’on voit en cours. Une fois sur le terrain, on sait déjà plus ou moins comment faire et on applique avec notre maître de stage.

Baptiste : Je suis chez un légumier. Ça me plait comme j’ai besoin de bouger. On est souvent à l’entretien de l’exploitation, à la coupe des choux fleurs ou au niveau des céréales. J’aime bien être dehors, travailler avec les légumes.

Nicolas : A mon sens, pour l’alternance, il est intéressant de varier les expériences. De faire ces stages dans différentes entreprises. C’est bien de découvrir plusieurs systèmes de structures. Par exemple, j’ai fait un stage sur le thème de l’ensilage de maïs, en plein pendant la période. J’en ai fait un autre tourné environnement, dans une station de compostage.
Je me dis que, si un jour j’ai ma propre exploitation, j’aurais vu plusieurs univers. Je pourrai piocher parmi les choses qui fonctionnent. D’ailleurs, c’est l’enjeu du BTS, nous amener à être capables de faire notre propre avis, parmi ce qui se pratique.

Baptiste, qu’est-ce qui te plait le plus dans le secteur ?

Baptiste : L’indépendance. Quand tu es exploitant agricole, que tu as ta propre ferme, c’est toi qui choisis tes propres heures. J’aime bien être dehors.

Nicolas, des plans pour L’avenir ?

Nicolas : Après mon BTS, je vois mon avenir en tant que salarié, peut-être dans le domaine du para-agricole, en tant que technico-commercial par exemple. Et puis, plus tard, peut-être que je reprendrais l’exploitation familiale, selon ce que la conjoncture dira.

Des conseils, des infos, des bons plans sur les formations et les métiers de l’alimentaire ? Une adresse : www.alimetiers.com