Formation

L’alimentaire se transforme, formez-vous à l’agriculture urbaine


18 novembre 2018

L’agriculture marche de plus en plus sur les plates-bandes des villes, avec plein de bonnes intentions : création d’emplois, reconnexion avec la nature, diminution du CO2... Une génération de professionnels est en train de germer dans ce domaine et renouvelle certains aspects des métiers de l’alimentaire. Regardons ça de plus près.

L’agriculture urbaine en deux mots

Ça pousse en ville. Fruits, légumes, plantes aromatiques, champignons, graines s’emparent de lieux souvent abandonnés. Des activités de maraîchage, d’horticulture ou même l’élevage de petits animaux fleurissent ainsi en ce moment un peu partout. Des potagers sur des toits ou encore des fermes verticales voient alors le jour. Parmi ces projets, beaucoup se font remarqués parce qu’ils mixent des techniques pointues comme l’aquaponie et la permaculture

Qui cultive en ville ?

Les agriculteurs urbains semblent n’avoir aucune limite pour inventer le futur des villes. C’est le cas de l’un des pionniers, « Sous les Fraises ». Son crédo, installer des potagers sur les toits de grands immeubles. A Paris, l’entreprise a déjà végétalisé plus de 10 000 m2 dont les Galeries Lafayette. Aujourd’hui, elle capable de cultiver 300 espèces différentes, sans aucun pesticide. Tout cela est le fruit du travail d’une équipe constituée de paysagistes, d’ingénieurs agronomes, d’urbanistes, de biologistes et de jardiniers.

Est-ce bien sérieux ?

L’agriculture urbaine n’est-elle qu’une mode ou une pure solution durable ? Une réalité, des communes s’emparent du sujet et montent dans le train. A Romainville, près de Paris, une « cité maraîchère » va être inaugurée en 2019. Ce projet se veut être un laboratoire de l’agriculture urbaine où vont être produites 12 tonnes de fruits et légumes par an. Tous ces végétaux vont pousser naturellement, à la verticale, dans les étages de deux tours, avec les techniques de plantation hors-sol. Une dizaine d’emplois vont être créer.

En région aussi, des projets d’agriculture urbaine sont déjà semés. C’est le cas dans l’agglomération de Dijon, où une exploitation de 3000m2 s’est installée en 2018. Elle est formée de deux espaces. Le premier est consacré aux légumes bio et le second à la culture de jeunes pousses. Ce projet a une portée pédagogique, invite les plus jeunes à découvrir les goûts et la culture à travers des ateliers.

Si les métiers de l’agriculture urbaine vous bottent, renseignez-vous auprès des CFA autour de chez vous. Ils sont de plus en plus nombreux à proposer des formations dédiées à ce thème.