Partage d'expérience

Entreprendre dans l’alimentaire après un apprentissage, nos conseils


29 mai 2019

C’est qui le patron ? Vous ! Ça vous brancherait de monter votre affaire dans la foulée d’un apprentissage dans l’alimentaire ? Nos conseils pour faire le grand plongeon.

Première chose à savoir, entreprendre est plus une question d’état d’esprit que de diplôme. Cette envie est en vous, ou pas. Secondo, avant de foncer, il y a certains points à préparer pour atteindre les sommets.

Devenez un gestionnaire

Quoi que vous fassiez, il est nécessaire d’acquérir des notions en gestion d’entreprise. Comment ? Complétez votre cursus par une formation spécialisée. Imaginons, vous préparez un CAP ou un BAC pro en apprentissage dans la production. Naturellement, vous allez acquérir des compétences sur le cœur de votre métier. A ça, il vaudrait mieux ajouter une brique. Laquelle ? Vous pouvez par exemple vous tourner vers un brevet professionnel, un autre CAP ou Bac Pro ou encore un BTS en apprentissage. Ce sont quelques mois d’études en plus qui peuvent vous faire gagner de précieuses années.
Vous allez vous plonger dans les connaissances commerciales, administratives, financières... des activités de chef d’entreprise.

Faites un business plan

Une fois les bonnes cartes en main, montez votre business plan. Ce n’est pas la partie la plus rigolote, mais c’est très constructif. Quelle que soit l’envergure de votre projet, c’est pas mal de s’y pencher. Il va vous permettre de mieux cerner votre marché. Il fera vous poser de nouvelles questions. Il va faire émerger des idées, plus précises. Vous allez valider ou écarter des intuitions. Et puis, il va vous ramener à la réalité, à savoir, prendre conscience du travail que vous aurez à fournir pour être rentable et viable.

L’administratif, ça se délègue

Lorsque vos idées sont plus claires, il y a les détails administratifs à régler. Le premier, choisir la forme juridique de votre entreprise (EURL, Entreprise individuelle, SARL, SAS, SASU, SA, etc... ). Puis, il faut rédiger les statuts. Ensuite, direction le tribunal de commerce pour immatriculer votre structure.
Déléguez ces phases. Confiez ça à des experts comptables, des avocats. Ils le feront mieux que vous. La moindre erreur peut coûter très cher.

Où entreprendre dans l’alimentaire ? Trois pistes

1/ Si l’indépendance, faire cavalier seul est votre dada. Si vous avez développé une réelle expertise durant votre apprentissage, alors consultant dans l’alimentaire est peut-être fait pour vous. Ce métier se décline sous toutes les fonctions du secteur. Dans la fabrication, la logistique, la maintenance, l’innovation, le commercial... Les entreprises font très souvent appel à des professionnels extérieurs pour répondre à un besoin spécifique, récurrent ou ponctuel. Vous pouvez proposer vos compétences sur les goûts, les textures, les matériels, les techniques...
Les perspectives ? Développer un cabinet de conseil constitué de plusieurs collaborateurs.

2/ Dans l’industrie, il y a actuellement un bon filon à creuser : la maintenance. Ce domaine est en pénurie de main d’œuvre. Pour autant, les lignes de production notamment ont constamment besoin d’être entretenues. Il peut être judicieux de monter une boîte de prestation et de proposer des activités de services.
Les perspectives ? Croissance ! Toutefois, vous aurez à mener un travail d’attractivité pour recruter vos propres talents.

3/ Ce qui vous plait, c’est produire, offrir du plaisir et être au contact de la clientèle. Ouvrez votre boutique de produits alimentaires et vous pourrez toucher à toute ces activités.
La perspective ? Si vous tenez le bon concept, vous pouvez ouvrir deux, puis trois et pourquoi pas dix points de vente... et même industrialiser à terme votre activité.

Vous avez le goût du risque,
Vous êtes déterminés,
Vous êtes organisés, créatifs et être prêts à gérer des situations parfois sensibles…
Alors foncez !

Des conseils, des info, des bons plans sur les formations et les métiers de l’alimentaire ? Une adresse : www.alimetiers.com