Métier

Découverte métier : être chef de zone export, une belle aventure !


3 mars 2021

Faut-il vraiment être de la même trempe que Mike Horn pour être un bon chef de zone export ? Ça peut être utile mais ce n’est pas la principale qualité pour réussir dans ce métier. Si ce professionnel de l’alimentaire fait voyager les produits, lui, c’est un peu moins le cas. Son quotidien, ses compétences, ses savoir-être, sa formation, accrochez vos ceintures, on vous dit tout.

Comment l’alimentaire français s’exporte ?

Avant d’en savoir plus sur le métier de chef de zone export, quelques chiffres à propos des exportations de produits transformés. La France est le 4e pays exportateur du monde. La classe, dans le top 5. Concrètement, on parle d’un peu plus de 48 milliards d’euros d’échanges. Des aliments, à boire et à manger, qui voyagent aux quatre coins de la planète. 66% des exportations atterrissent en Europe, le reste, en Asie, aux États-Unis, au Canada, au Mexique. En l’occurrence, c’est notamment l’œuvre de chefs de zone export spécialisés dans l’agroalimentaire.

C’est quoi le travail d’un chef de zone export

Au quotidien, le chef de zone export mène essentiellement des activités commerciales. Son rôle consiste à développer le chiffre d’affaires de son entreprise agroalimentaire. Il cherche des opportunités à l’étranger. Il est affecté à une ou plusieurs régions du globe.
Imaginons un chef de zone export employé par un fabricant de gâteaux au chocolat, vous l’avez ? Et bien, depuis la France, il va prospecter en Asie, des grandes surfaces ou des grossistes de différents pays. Il va tout faire pour entamer des négociations, trouver les bons arguments pour conclure des ventes. Puis, il va veiller à ce que les commandes soient acheminées à destination.
Il est, par ailleurs, amené à répondre à des appels d’offres, à piloter une stratégie commerciale et à manager une équipe. Cerise sur le gâteau, parfois il va rencontrer des clients chez eux. #aventure.

Les compétences du chef de zone export

Ses missions, le chef de zone export ne les improvise pas. Il les mène grâce à toutes ses compétences commerciales. Lesquelles ? Il maîtrise des savoir-faire tels que analyser un marché, formuler des offres, argumenter ses propositions, organiser des opérations, chiffrer une commande. Ses autres atouts ? Les langues, bien sûr. Sans ça, difficile d’entamer des discussions à l’autre bout du monde.

Les savoir-être du chef de zone export

Un profil type de chef de zone export n’existe pas. Toutefois, avoir des capacités relationnelles est un atout. Elles sont précieuses dans la mesure où l’on parle d’un métier basé sur l’échange, sur des discussions avec ses clients mais aussi ses collègues, les collaborateurs, ses boss... Autre plus, être ouvert d’esprit mène aussi plus loin dans cette profession.

Se former au métier de chef de zone export

Comment devenir chef de zone export dans l’alimentaire ? L’alternance s’avère un bon tremplin. On l’a vu ce métier suppose des connaissances mais surtout beaucoup d’entraînement. Il est possible de commencer avec un Bac pro et de monter les échelons. Sinon, un BTS, une licence pro sont bien utiles. Enfin, il est envisageable d’aller plus loin avec un master professionnel en affaires internationales.

Des conseils, des informations, des bons plans sur les formations et les métiers de l’alimentaire ? Une adresse : www.alimetiers.com