Métier

Découverte métier : développeur en génie alimentaire


6 janvier 2021

Vous avez envie d’innover dans l’agroalimentaire. Vous avez un esprit d’analyse. Vous êtes curieux. Vous feriez sans doute un excellent développeur ou chercheur en génie alimentaire. Activités, compétences, savoir-être, formations en alternance, Alimétiers vous dit tout sur ce métier.

Il fait quoi le développeur en génie alimentaire ?

Avant de croiser un développeur en génie alimentaire, il faut enfiler une blouse blanche, un masque, une charlotte et des gants. Ce spécialiste de la R&D mène des expériences dans un laboratoire. Il calcule, observe et trouve. Quoi ? Des innovations alimentaires et de nouveaux procédés pour les industrialiser. En clair, il est à l’origine de techniques qui permettent de développer des produits à plus ou moins grande échelle.
Pour y arriver, il se penche sur les activités de la production. Il prend ainsi en compte l’ensemble des contraintes existantes du domaine et trouve des moyens de les améliorer. C’est loin d’être une mince affaire dans la mesure où, au final, il doit être irréprochable en matière d’hygiène et de sécurité alimentaire. En l’occurrence, il doit prévoir les meilleures conditions de conservation, la chaîne du froid, etc.
Si on veut parler un peu technique, il fait en sorte que les aliments présentent de bonnes conditions biochimiques, physico-chimiques ou encore biologiques. Pour ça, ses travaux partent soit de produits existants, soit d’une page complètement blanche.
Précision, le développeur en génie alimentaire est entouré dans ses recherches. Selon l’envergure de l’entreprise agroalimentaire où il exerce, il anime une équipe, plus ou moins grande. Ce sont des numéros 10 du domaine scientifique bien entendu.

Les compétences du développeur en génie alimentaire

Pour aller au bout de son travail, le chercheur en génie alimentaire doit maîtriser des compétences scientifiques. Microbiologie, biochimie, bactériologie sont autant de cartes avec lesquelles il joue au quotidien.
Comme ses recherches sont des projets, il sait utiliser les techniques et les outils de gestion de... projets. Les logiciels d’organisation, de planification n’ont, entre autres, aucun secret pour lui.
Dans le cadre de ses responsabilités, il prend des décisions, les partage, les fait appliquer. En cela, il est à l’aise avec les ressources humaines, la communication et le management d’équipe.
Enfin, mieux vaut pour lui d’avoir de l’appétit pour l’agroalimentaire. Connaître la culture du secteur, son fonctionnement, être au fait des innovations sont parmi ses plus grands atouts.

Les savoir-être du chercheur en génie alimentaire

On l’a évoqué en introduction, être curieux, méthodique, patient, rigoureux, avoir un esprit d’analyse sont autant d’ingrédients précieux pour avancer dans le métier de développeur en génie alimentaire et gravir les échelons.

Se former pour devenir développeur en génie alimentaire

Ses compétences, ses savoir-être, le développeur en génie alimentaire les acquièrent tout au long de ses études (puis de sa carrière). Il faut compter plusieurs années de cours post-bac. Bien sûr, pour accéder à ce métier, il existe des parcours de formation en alternance. Le mieux, viser un diplôme d’ingénieur en agronomie et industries alimentaires, en sciences agronomiques, en génie biologique, en sciences et industrie du vivant.

Des conseils, des informations, des bons plans sur les formations et les métiers de l’alimentaire ? Une adresse : www.alimetiers.com