Métier

Découverte, dans le futur de l’agriculture


22 avril 2020

Les innovations dans l’alimentaire, chez Alimétiers, on en est très fan. Là, on a déniché une expérimentation qui nous a régalés. Elle a été menée en toute discrétion, récemment, dans une ferme de l’Essonne. Celle-ci a testé tout ce qui se fait de mieux en technologie agricole.

C’est quoi agriculture de demain ?

Alors qu’on est en 2020, une ferme a eu la possibilité de voyager dans le temps, loin, très loin. En 2030 au moins.
Direction Boutigny-en-Essonne où un couple d’agriculteurs cultive des céréales du futur. D’apparence, leur production est bien tout à fait normale et naturelle. Là où elle se distingue des autres, c’est dans la façon dont elle a été cultivée. En l’occurrence, les dernières récoltes sont sorties de terre grâce au matériel le plus pointu jamais imaginé, robot, data, cartographie...
Pour situer, ces outils n’existent même pas encore sur le marché. Justement, la ferme dont on parle ici a été le moyen de procéder à leur phase expérimentale des appareils. #exploitation pilote.

Une exploitation pilote, en clair

C’est un terrain de jeu grandeur nature où l’on mène une batterie de tests. C’est comme un laboratoire. On analyse. On mesure. On observe. À Boutigny, 15 innovations ont été passées au crible sur une longue période.
À quoi ça sert ? En réalité, c’est utile à toute la profession agricole, les céréaliers en particulier, comme aux autres types de cultures. Les matériels sont mis à l’épreuve du terrain concrètement. Au jour le jour, la ferme se sert des outils pour mener ses activités. Pendant ce temps, elle est attentive à ce qui fonctionne bien et ce qui tourne moins bien. L’objectif est de retenir parmi ces solutions celles qui sont prometteuses, apportent de réelles avancées et peuvent être déployées dans les autres exploitations, à plus grande échelle.

Les matériels agricoles au banc d’essai

On creuse un peu. La ferme pilote de Boutigny utilise notamment des outils d’agriculture de précision, des outils de pilotage d’exploitation. Vu de plus près même, elle essaie des solutions de modulation intra-parcellaire. Quoi ? C’est une technique ultra précise pour mieux entretenir et protéger les champs. Grâce à elle, il est possible de mettre les bonnes doses d’eau ou d’insecticide au bon endroit. Ça permet d’en utiliser moins, de faire des économies et de mieux prendre soin des terres en réduisant l’impact environnemental de l’exploitation.
Autres solutions examinées, des capteurs météo qui permettent aux agriculteurs d’anticiper et d’ajuster leurs pratiques culturales. Ces appareils indiquent par exemple les moments propices pour entretenir ses parcelles, le meilleur jour pour récolter, etc.
On parlait plus haut des robots, la ferme en teste un notamment capable de désherber. Il évite d’avoir à se baisser, à se casser le dos et réduit donc la pénibilité du travail.
En test aussi l’aide à la décision de pilotage de l’exploitation. Qu’est-ce que c’est ? Ce sont des logiciels de traitement de données. On y entre tout un tas d’informations sur les activités de l’exploitation : les consommations d’eau, les surfaces cultivées, les types de végétaux semés, tout. À partir de ça, des conseils sont transmis et expliquent la façon dont il serait intéressant de gérer la ferme.

Vu comme ça, ça à l’air très cool d’être une exploitation pilote. C’est comme si on venait vous voir pour essayer la PS6 cinq ans avant tout le monde. Il y a toutefois une contrepartie. Il faut faire des comptes rendus et partager ce qui marche bien ou pas. Pas mal le coût du voyage dans le futur.

Des conseils, des info, des bons plans sur les formations et les métiers de l’alimentaire ? Une adresse : www.alimetiers.com