Métier

Ce pro très « poly », conseiller technique culture ou élevage


24 juillet 2019

Vous jouez sur plusieurs tableaux ? Le conseiller technique culture ou élevage, aussi. Acteur clé de l’univers agricole, il multiplie les spots où il travaille. On voit ça de plus près.

A quoi les journées du conseiller culture élevage sont-elles consacrées ?

L’agenda du conseiller technique est plutôt bien rempli toute l’année. Son temps, il le passe dans différentes exploitations agricoles. Toutes celles dont il suit les activités. Il se rend de l’une à l’autre, selon sa spécialité, auprès de cultivateurs ou d’éleveurs. Pour résumer, c’est un genre de coach.

De quels conseils techniques les agriculteurs ont-ils besoin ?

Une ferme, quelle que soit sa taille, a des tonnes d’opérations à réaliser entre la production et l’entretien du matériel. Le conseiller technique permet, un, de relever la tête du guidon. Et puis comme les technologies évoluent, il pousse des solutions. Il aide à prendre des décisions pour optimiser le travail, faire des économies ou encore améliorer les consommations.

Son truc, faire bouger les lignes

Là où le conseiller technique est attendu, en ce moment, les innovations. C’est souvent par lui qu’elles passent avant d’être déployées dans le secteur. Il va par exemple mettre en place des appareils pour créer des énergies renouvelables, ou encore les phases pour passer en agriculture bio ou en agro-écologie.
Pour mieux le comprendre, on va tout d’abord chez un cultivateur de blé (ça marche aussi avec le maïs, les betteraves...). A plusieurs reprises dans l’année, le conseiller technique vient voir comment la terre est préparée, comment les cultures évoluent. Il partage des conseils avec le céréalier en tenant compte de tout un tas de paramètres. Ils parlent ensemble météo, qualité des semis, traitements, calendrier et récoltes.
Même logique avec les éleveurs, qu’ils soient laitiers ou allaitants. Le conseiller technique est alors attentif à la santé des cheptels. Il donne son sentiment sur la conduite des troupeaux. Il suit des performances, mène des analyses.

Ses compétences

On vient de le voir, le conseiller technique travaille pour plusieurs exploitations agricoles. Naturellement, ce métier demande un grand « champ » de compétences.
De l’organisation, il lui en faut à la fois pour gérer son emploi du temps mais surtout les calendriers des différentes structures.
Ce pro doit aussi maîtriser les domaines généraux de l’agriculture avec leurs méthodes. Ceci étant, il est souvent spécialisé (horticulture, science du vivant, arboriculture, viticulture...).
Les réglementations, il gère, notamment celles liées aux questions environnementales, d’hygiène et de sécurité.
Il est pédagogue et est très souvent amené à animer des formations. Il y partage des bonnes pratiques testées sur le terrain. Enfin, ces enseignements, il les pose aussi noir sur blanc, rédige des articles pour des revues ou des blogs spécialisés.

Comment devenir conseiller technique agricole ?

Pour devenir conseiller technique agricole les cursus sont les mêmes que ceux des agriculteurs. Et l’apprentissage est une voie pertinente pour accéder à ce métier.
Commencez par un bac + 2, avec un des BTSA à choisir selon la spécialité souhaitée.
Vous pouvez poursuivre en bac+3, avec une licence pro et pourquoi pas en bac+5 pour obtenir le niveau ingénieur.

Un plus dans ce métier ?
Avoir des qualités en relations humaines. Le conseiller technique est un contact précieux pour les agriculteurs dont certains sont dans des coins isolés.

Des conseils, des info, des bons plans sur les formations et les métiers de l’alimentaire ? Une adresse : www.alimetiers.com