Emploi : Les recrutements progressent en 2017, de nouveaux besoins en compétences se dessinent pour 2018

  • Emploi
avril 2018

Les Observatoires des métiers du secteur alimentaire dressent comme chaque année leur bilan et leurs perspectives en matière de recrutement du secteur. Résultats de l’enquête 2017/2018.

103 063 embauches en CDI (45%), en CDD et en alternance ont été enregistrées dans l’alimentaire en 2017, 14% de plus que l’année précédente. 

 

Les difficultés pour embaucher, toujours réelles

41% des recruteurs en ont rencontrées selon l’étude (+7 points par rapport à 2016). Ceci s’exprime d’une part, par un taux faible de réponses aux offres et la rareté de candidats dans les bassin du territoire (pour 63% des établissements). Par ailleurs le manque de compétences, d’expérience, de motivation et la mauvaise perception des métiers engendrent des candidatures insuffisantes (selon 54% des établissements).

 

Perspectives 2018 ?

L’enquête dessine deux axes, le développement de l’activité commerciale à moyen terme et l’évolution de nouvelles compétences cette année.

En 2018, une partie des établissements prévoient une activité économique plutôt stable. 27% d’entre eux projettent même une hausse au cours de l’année, accompagnée par des projets de recrutement dans les domaines : production, achat/ commercialisation et vente, quelle que soit leur envergure.

Les résultats montrent, en outre, la volonté du secteur de développer les compétences de ses salariés principalement en matière d’hygiène, sécurité, connaissance des caractéristiques produits, recherche de polyvalence production/maintenance et qualité, des compétences techniques et opérationnelles, ainsi que des compétences comportementales et de savoir-être.

 

Transformation numérique, qu’en pensent les entreprises ?

37% du secteur alimentaire considèrent l’accélération des mutations technologiques et digitales comme une réalité dans les établissements.

Parmi eux, seulement 15% estiment que ces mutations vont faire évoluer l’ensemble de leurs métiers, leurs emplois et impacteront l’organisation du travail à court et moyen terme.

 

Dans ce contexte

Mieux faire connaitre le secteur alimentaire, ses opportunités, ses innovations sont plus que jamais les objectifs d’OPCALIM et de son programme ALIMETIERS. Celui-ci vise à davantage renforcer sa présence sur des terrains stratégiques : salons emploi et/ou formation, réseaux sociaux, immersions de collégiens et lycéens en entreprises. À celles-ci d’ailleurs, il donne la possibilité de publier leurs offres d’emploi sur le site Alimetier.com

 

Source : 

Enquête menée auprès des établissements relevant du champ des Observatoires du Secteur Alimentaire. 5 311 interviews réalisées par le Cabinet GMV Conseil. Cibles: personnes responsables du recrutement au sein de l’entreprise : DRH, responsable RH, chef d’entreprise.
5 009 enquêtes téléphoniques réalisées entre les 19 décembre 2017 et 16 mars 2018, complétées par 302 enquêtes CAWI recueillies entre le 15 février et le 16 mars 2018. – Enquête mars 2018.

Etude Impacts du numérique sur les métiers de la production Industries alimentaires et Coopération agricole– décembre 2017.

https://www.cgad.fr/les-chiffres-des-entreprises-et-de-lemploi/