Comment faire des bonbons son métier ? Visite de Kubli !

  • Rencontres
Novembre 2018

La visite chez Kubli

Un remake de Charlie et la Chocolaterie. C’est ce qu’un groupe de collégiens de Sainte-Geneviève-des-Bois a vécu, le 12 novembre 2018. Les élèves ont visité l’usine de bonbons Kubli où ils ont approché des métiers de l’alimentaire. Spoiler : beaucoup d’entre eux sont rentrés chez eux, nourris de perspectives professionnelles.

On zappe la quête du ticket d’or. Des 4èmes du collège Paul Éluard ont été invités à découvrir les métiers de la confiserie dans les locaux de Kubli. Cette entreprise fabrique des bonbons de toutes les formes, depuis près de 120 ans, à Morangis en région parisienne.

Une visite guidée avec un pro de l’agroalimentaire

Arrivés devant les grilles de l’usine, ils ont été accueillis par Gilles Duault, il est en quelque sorte le Willy Wonka des lieux. L’univers de l’agroalimentaire, il gère. Ses savoir-faire dans le domaine sont bien aiguisés. Il a passé plus de 20 ans dans des entreprises du secteur avant de reprendre en 2009 les rênes de Kubli. Il y dirige aujourd’hui 25 personnes qui assurent des activités de production, logistique, commerce, communication...

L’histoire de la confiserie

Avant d’aller à leur rencontre, les collégiens ont creusé l’histoire de la confiserie avec le directeur. Moments phares, activités...celui-ci a même dévoilé des secrets de la magie de confiserie. On les révèle ici : pour faire des bonbecs, il faut de la passion, de bonnes notions de cuisine et des savoir-faire.

L’origine des bonbons

Une fois la théorie passée, les élèves en ont vu de toutes les couleurs. Le groupe s’est rendu dans le sanctuaire de l’entreprise : l’atelier de production.
Au beau milieu des odeurs de cuisson, de caramel, ils se sont mis au tempo des opérateurs. La plupart a été formé ici. Comme des chefs derrière des fourneaux, ils reproduisent une grande diversité de recettes, dont des sucres d’orge, des berlingots, des réglisses, des cacahuètes feuilletées... à l’ancienne.

La recette des bonbons

Chaque geste semble aussi millimétré que la quantité d’ingrédients utilisée. Les opérateurs mélangent du sucre de betterave avec d’autres éléments. L’ensemble va cuire, être aromatisé, coloré, refroidi, pressé... La préparation va ensuite passer dans les rouages de machines. Au fur et à mesure, les bonbons prennent leur forme définitive, celles de pastilles, de feuilles, de fruits de mer, de tranches d’orange ou de citron... 600 tonnes sont produits chaque année.
Les métiers transversaux
Si l’entreprise tourne, on l’a dit, c’est aussi grâce à d’autres métiers. Après la fabrication, les élèves ont fait la connaissance de services concentrés sur la qualité, les stocks, les ventes et l’export, la communication, la comptabilité... Leur rôle respectif ? Ils sélectionnent les bonnes matières premières, organisent les flux des produits, commercialisent les bonbons, font connaître l’entreprise...

Et puis, une note bien sucrée a marqué la fin de la visite. Durant la dégustation, un sujet, les opportunités d’alternances de l’entreprise, a été évoqué. A ce propos, il se pourrait que des collégiens présents soient en bonne voie de revenir à la confiserie... en stage ! A suivre.


5 bons trucs à savoir sur Kubli

L’entreprise est créée en 1900 à Paris par Jacques Kubli.
L’usine s’installe en 1974, à Morangis (91, Essonne).
Gilles Duault rachète l’entreprise en 2009, à Béatrice Kubli, l’arrière-petite-fille du fondateur.
Le chef d’entreprise rénove et modernise l’outil de production en 2017
Elle a, aujourd’hui, le label Entreprise du Patrimoine Vivant

Retrouvez plein d’infos sur les métiers et l’apprentissage dans l’alimentaire sur le site www.alimetiers.com